Les tombes et leurs morts : Sélection d’épitaphes

Sélections d'inscriptions sur les tombes qui méritent notre attention

Gravées sur les pierres tombales ou sur les marbres, les épitaphes racontent certains exploits, à la gloire des défunts, nous montrant non seulement les professions qui sont bien considérées, mais aussi l'évolution de l’économie coloniale elle-même. Parmi les professions les plus citées sur les vieilles tombes, nous constatons les carrières associées à la mer. Le style des inscriptions évolue aussi avec le temps. A la Réunion, on remarque une évolution temporelle de l’épitaphe : "à la grandiloquence, à l'ostentation du XIXème siècle s'oppose la sobriété du XXème siècle... Le récit funéraire se fait rare". Ne voit-on pas ici entrer des considérations financières -  prix élevés des gravures, ou simplement le déclin de la pratique du culte des morts ? Les épitaphes mettent souvent en avant la profession des défunts.

Ainsi,

 

Ci git

Armand Lapeyre

chirurgien

né à Comince département de la Gironde

Âgé de 64 ans

décédé à île de France

7 août 1812

 

On peut dire que ces épitaphes sont du genre laudateur qui parfois lui accorde toute une panoplie de qualités exemplaires :

 

ICI REPOSE

JEAN LOUIS MERLO

NÉ A L'ILE MAURICE

EN L'AN 1760 ET

DECEDE LE 28bre 1817

BON PERE BON

EPOUX BON AMI

IL POSSEDAIT SUR

LA TERRE TOUTES

LES VERTUS QUI

ELEVENT L'HOMME

AU CIEL

 

L'épitaphe suivante est assez rare, puisque notant non seulement la carrière glorieuse du défunt, mais aussi l'abandon de sa profession pour des raisons familiales :

 

Sous ce marbre repose Eugene Giblot Ducray

ancien Lieutenant de Vaisseau

né à L'île de France en décembre 1784.

Il se distingua toujours par son courage

et par son zèle a servi sa patrie

ainsi que par toutes les vertus qui honorent l'humanité

après avoir abandonné la carrière des armes

il sacrifia sa santé sur un sol malsain par dévouement pour sa famille

puis il revint à Maurice où la parque sourde

aux voeux insensibles aux larmes de tous ceux

qui l'aimait trancha le fil de ses jours en 9bre 1834

Passant priez Dieu pour lui.

 

Le discours des survivants peut, donc, souligner les regrets des parents ou de l’entourage du défunt.  Dans le cas de Bill, c'est l'action de ses amis qui a été mise en avant plan :

 

A la mémoire de Bill jeune orphelin moisson né

à fleur de son âge et tous

ses amis ont consacré ce modeste et dernier témoignage

de leur affection et de leurs regrets.

 

Ce genre d’épitaphe témoigne non seulement de qui a érigé le monument, mais des sentiments à l'égard du disparu. Celui de Thomas Dayot fait preuve non seulement de ces qualités de chrétien, de sa vertu devant les adversités de la vie, mais aussi de la "piété filiale" et de" l’amitié fraternelle" de ses parents, qui se vantent ainsi d'avoir commandité son monument:

 

lci repose Thomas Dayot

décédé le 18 April 1815 âgé de 88 ans 6 mois et 6 jours. Durant cette

longue période d'années

et toujours rempli par la vertu. Il eut le malheur

de perdre une épouse adorée de ses enfants chéris.

Il supporta ces épreuves douloureuses

avec la sensibilité de l'homme et le courage d'un Chrétien.

 

Ce monument de la piété filiale et de l'amitié fraternelle

a été consacré par Joseph Louis Denis Dayot et Adelaide Dayot

Cossigny à la mémoire des vertueux auteurs de leurs jours.

Thomas Dayot et Cécile Gilbert son épouse et à celle de leur frère et

sœurs chéris François Dayot Launay Jean Dayot Louis Dayot

Charlotte Dayot Cossigny leurs âmes à jamais réunies jouissent dans le

sein de Dieu de la récompense promise à la vertu ainsi soit il.

Les pierres tombales de David, Jacques et de Julie

Charpentier de Cossigny

 

Le monument de l’ancien gouverneur, David Charpentier de Cossigny est aussi de ce type :

 

CI GIT

DAVID CHARPENTIER

COSSIGNY

LE SOUVENIR DE SES VERTUS

VIVRA A JAMAIS DANS LE

COEUR

DE SON EPOUSE

LE 3 COMPLEMENTAIRE AN 9

D'APRES SON DESIR, IL A ETE MIS AUX PIEDS DE SA BELLE

SOEUR

VEUILLEZ AU NOM DE DIEU NE

PAS VIOLER LEURS CENDRES

 

Cette inscription, comme beaucoup d’autres s'adresse aussi, directement aux passants, leur demandant soit de ne pas déranger le sommeil des gisants, soit d’honorer le défunt :

 

Denis Marin Dodin

Chevalier de St Louis

Né à Chevreuse dept de Paris 1733

Arrivé en cette colonie en 1752

Décédé le 24 8bre 1821

à l’âge de 88 ans 10m 13 jours

Ici repose un vénérable colon

Passant arrête toi honore la cendre

De ce respectable père de famille

Qui fut le modèle de toutes les vertus.

 

L’inscription de David Charpentier de Cossigny est aussi remarquable car exprimant son désir d'être enterré près de sa belle-sœur.  D'habitude, c'est la relation parent/enfant ou époux/épouse qui explique l’emplacement des tombes, comme ci-dessous.

CI GIT

JACQUES CHARPENTIER

DE COSSIGNY

SON CORPS A ETE REUNI

DE SA FEMME ET DE SON

FRERE LE 16 MARS 1817

 

L’épitaphe ci dessus fut écrite sur une plaque en cuivre, actuellement disparue, et qui fut attaché sur les deux pierres tombales de David et de Julie, les reliant ainsi.

Jacques Genève de St Jean est enterré avec son beau-père, et son épitaphe est un bon exemple d'un éloge qui également évoqué des sentiments profonds à l'égard du défunt :

 

CI GIT

JACQUES GENEVE DE ST

JEAN OFFICIER DE LA

MARINE ROYALE DE

FRANCE DECEDE LE 7

AOUT 1816 SES CENDRES

REPOSENT A COTE DE

CELLE DE MrPIGEOT DE

CARCY DONT IL

A EPOUSE LA FILLE

IL VECUT EN HOMME DE

BIEN IL EST MORT

SINCEREMENT

REGRETTE DE SA VEUVE

DE SA FAMILLE

ET DE SES AMIS

REQUIESCAT IN PACE

 

Pour la plupart des épitaphes, où il est fait mention de sentiments, c'est surtout l'amour conjugal ou filial qui sont évoqués :

 

CI GIT JULIE D11e

DAYOT EPOUSE

BIEN AIMEE DE J

CHARPENTIER CO

SSIgNY  9Nse AN 9

Quand l'épouse, comme dans le cas suivant, meurt jeune, les regrets exprimés sont encore plus vifs :

 

ICI REPOSE

DAME MONOie EUGEie CAUNE

EPOUSE DE Mr Nas Mrie ANDRE

BRESSOLLES

NEE LE 5 7bre 1799, DECEDEE LE 8 7bre 1819

SON EPOUX MALHEUREUX, N'A FAIT QU'EN

TREVOIR L'AURORE DU BONHEUR, QUE LUI­

PROMETTAIENT LES VERTUS REUNIES DE­

SON EPOUSE BIEN AIMEE, PUIS QUELLE A

SUCCOMBE AU BOUT DE DIX MOIS DE

MARIAGE EN DONNANT LE JOUR AU PRE­

MIER FRUIT DE LEUR HYMEN SUR LEQUEL

VONT DESORMAIS SE CONFONDRE TOUS

LES REGRETS DE L'EPOUX ET TOUTE LA

TENDRESSE DU PERE

HODIE MIHI CRAS TIBI

 

Et celle ci, regrettée de tout son entourage :

 

lci repose Françoise Perrine Coignet

épouse chérie de Pierre Louis Lolliet

née en cette ile le 7 août 1796

décédé le 3 juillet 1815.

La mort sourde aux voeux d'une famille éplorée

vint la ravir au printemps de sa vie,

à son époux, à son enfant, aux chers auteurs de ses jours

et à ses deux frères dont elle était tendrement aimée.

 

L'importance du nom de jeune fille est intéressant à noter. Ici l'épouse est reconnue par ce nom au lieu de son nom de femme mariée. Pourtant, les femmes sont évoquées dans la plupart des cas par rapport à l'homme et c'est la profession du mari qui est mise en avant :

 

ICI REPOSE

CECILE ADELAIDE

DAYOT AGEE DE 59

ANS; DECEDEE LE 8 FEV 1825

EPOUSE DE FEU

DAVID CHARPENTIER

DE COSSIGNY

MARECHAL DE CAMP ET

GOUVERNEUR DE CETTE

COLONIE

 

Où leurs propres qualités sont évoquées, elles sont toujours, pour la plupart reconnues à travers leurs relations avec leurs époux et leurs enfants. Elles sont réputées " bonne mère" et "bonne épouse". Il faut avouer que ce n'est pas seulement les femmes qui sont reconnues par rapport à leur entourage, parfois, ce sont souvent les femmes elles mêmes et les enfants qui enterrent époux ou père:

 

Ici repose Jean Charles M. Rondineau

né à Painboeuf le 2 fr 1746

est décédé au Port Louis le 25 mai 1818.

Ici repose un mortel vertueux de la douce amie

bon père bon époux. Il fut toujours heureux.

 

 

Beaucoup des tombes dans la section répertoriée sont celles d’enfants morts en bas-âge, et la douleur que cause la disparition d'un enfant est exprimée très nettement. Parfois, cette douleur est exprimée en poésie :

 

HERE ARE INTERRED THE

REMAINS OF CAROLINE SECOND

DAUGHTER OF THOMAS

NORRIS ESQre OF BOMBAY AGED

TWENTY YEARS WHO DIED ON HER

PASSAGE TO THIS ISLAND FOR THE

BENEFIT OF HER HEALTH, JUNE THE

FOURTH 1819

To paint our sorrow or describe our grief

Were vain such tale would not be brief

But let the spotlefs marble here recount

How well deserved our tears how deep their fount

How beauty worth and youth lie here inurned  

The breast where every virtuous feeling burn'd

The strong the noble cultivated mind

with manners gentle elegant refined

If truth, religion, piety divine

Can merit heaven, oh then that heaven is thine

Our own dear, beauteous, good lost Caroline

 

D'autres tombes, révèlent plutôt un sens de l’humour que de la peine, d'autres sont anecdotiques au lieu de raconter la gloire de l'individu, et peuvent évoquer la voix du défunt lui-même :

 

MES CENDRES SONT

ICI MA PERSONNE

IMMATERIELLE EST ...

LEUR SEPARATION A EU

LIEU LE 19 MAI 1823

J'AI EXISTE 64 ANS SOUS

LA FORME QUE JE VIEN

DE QUITTER

BLAIZ E-CAUNE. NÉ

A LA CIOTAT LE 13 FEr 1761 DECEDE LE 19 Ma

1823

 

Ce mélange d'espoir et d'humour face à la mort provient surtout d'un souhait explicite de la part du défunt ou même sa propre composition de son épitaphe. L'étude de ces inscriptions nous démontre ainsi l'évolution des attitudes envers le dernier sommeil et les moyens de témoigner de la disparition d'un proche.

 

Joséphine Anne

Galatée

Fille adorée de Henri Chavin et de Joséphine Chalony a été arrachée par la terrible mort des bras de ses parents desolés à l’âge de 12 mois. Pères et mères craignez le même malheur si vous négliger les vermifuges.

TOMBE

CO 11/126

Back To Top